Et ...

Notre famille se compose aujourd'hui de 6 enfants, 2 filles et 4 garçons, âgés respectivement de 30, 28, 24, 22, 18 et 16.

La famille s’est agrandie le 4 mars 2011 par l’arrivée de Valentin, notre premier petit-fils et le 18 septembre 2013 par l'arrivée de Fanny, notre première petite-fille. Un pur bonheur!

En 2005, je poursuis une formation d’une année pour accompagner les personnes en fin de vie. Mon souhait était de me diriger plus activement dans ce domaine, mais les rencontres à ce moment-là de ma vie m'ont fait aller sur d'autres chemins.

En 2006, alors qu'on vient me chercher pour tenter ma chance en politique, je décide de m'engager pour mes enfants. Violence à l'école, alcool et drogue, places d'apprentissage insuffisantes, autant de thèmes qui me tiennent à coeur et dont il me semblait urgent de trouver des solutions. Rien ne me touche autant - encore aujourd'hui - de voir les difficultés auxquelles ces jeunes sont confrontés : recherche de place d'apprentissage, puis recherche d'un premier emploi, recherche d'un appartement, augmentations continues des primes d'assurances maladie etc. A un âge où ils devraient rêver de tous les possibles, certains sont déjà exclus de cette société. Ils ont entre 15 et 18 ans et représentent 3500 jeunes à Genève, 2500 sur le canton de Vaud (chiffres de 2009), autant qui se trouvent en dehors du système de notre société actuelle. Sommes-nous conscients que si nous ne trouvons pas des solutions rapidement, ces jeunes-là sont nos cas sociaux de demain ? Combien cela coûtera-t-il à la collectivité publique ?

Le début de mon engagement est marqué par la naïveté et la croyance que les choses peuvent évoluer rapidement. Aujourd'hui, je peux dire que rien n'est rapide en politique et c'est pour cela que nous devons, en tant que citoyenne et citoyen, rester extrêmement vigilants et suivre de près ce qui s'y passe.